Hypnose.

L’hypnose est une pratique qui s’est développée dans le milieu médical depuis le 18ème siècle, mais l’utilisation de l’état hypnotique est par contre beaucoup plus ancienne, et ce dans toutes les cultures.

 

L’hypnose entraîne chez le sujet un état modifié de conscience (ni un état de vigilance, ni un état de sommeil), avec de multiples applications cliniques. Sa pratique s’est considérablement développée depuis 30 ans dans le champ de la psychothérapie ainsi que dans celui du traitement de la douleur, du stress et des troubles psychosomatiques.


 

Comment ça marche :

Selon Erickson, l’état d’hypnose « est un état de conscience particulier qui privilégie le fonctionnement inconscient par rapport au fonctionnement conscient » et « est un état de conscience dans lequel vous présentez à votre sujet une communication, avec une compréhension et des idées, pour lui permettre d’utiliser cette compréhension et ces idées à l’intérieur de son propre répertoire d’apprentissages ».

 

Ce débranchement de la réaction d’orientation à la réalité extérieure, qui suppose un certain lâcher-prise, fait apparaître des possibilités nouvelles : par exemple des capacités supplémentaires d’action de l’esprit sur le corps. L'hypnose est ainsi un des moyens de contourner les blocages et de permettre l'émergence de nouveaux comportements plus créatifs pour la vie du sujet.

 

L’hypnothérapie fait partie des thérapies brèves qui ne cherchent pas le "pourquoi" mais le "comment"

À savoir : 

Trois conditions fondamentales restent nécessaires : la motivation du patient, la coopération du patient et la confiance du patient dans le thérapeute.

Les suggestions émises par l'hypnotiseur doivent être en accord avec l'hypnotisé, sous peine de ne pas fonctionner. On ne peut ainsi pas aller contre la volonté de quelqu'un ! 


 

Différents types d’usages psychothérapeutiques de l’hypnose :

 

  • L’hypnose classique : elle se caractérise par l’aspect directif de l’hypnotiseur, parfois même dominant. L’hypnotiseur suggère un changement de façon directe au patient. Cette forme d’hypnose a été très largement mise de côté. D’autres courants sont venus renouveler la pratique, en particulier le courant Ericksonien.

 

  • L’hypnose Ericksonnienne : le psychiatre américain Milton Erickson a utilisé lui-même l’auto-hypnose suite à poliomyélite compliquée de paralysie motrice et sensorielle. Dans son approche, c’est le patient qui est au centre et qui devient acteur de sa guérison. Cette pratique hypnotique ne dirige pas le patient, mais l’accompagne. Elle repose sur le postulat que l’inconscient est capable de mobiliser des ressources, susceptibles de conduire aux changements désirés, et a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble. Milton Erickson va développer de nombreuses techniques permettant à tous les patients d’accéder à l’état d’hypnose, aussi bien des techniques de communication, que des techniques relationnelles et des suggestions indirectes. 

 

  • L’auto-hypnose : le patient apprend comment induire chez lui un état modifié de conscience, à l’aide de techniques simples même en l’absence d’un thérapeute. (par exemple par focalisation de l’attention, par des exercices respiratoires, de relaxation, par la lévitation de la main, ou en ayant recours au lieu de sécurité), comment utiliser certains exercices (par exemple : ancrage dans un lieu de sécurité, suggestions de confort, de modifications d’une sensation, d’analgésie) et comment sortir de transe. Les buts de l’auto-hypnose sont variés : le soulagement d’une douleur, le repos, la prolongation d’effets obtenus par hétéro-hypnose etc… Par exemple lors d’une préparation à l’accouchement, l’auto-hypnose peut être enseignée, afin que la femme puisse y avoir recours le moment venu, même en l’absence d’un hypnothérapeute


 

Le traité d’hypnothérapie rapporte que les indications de l’hypnothérapie sont « les mêmes que pour toute psychothérapie (phobies, conversions, troubles anxieux, troubles de l’assertivité etc.) ». 

Les contre-indications ne sont pas formelles, même si l’hypnothérapie apparaît particulièrement peu adaptée dans les troubles psychotiques aigus, les bouffées délirantes, la paranoïa.


 

Quelle efficacité ?

L’électroencéphalogramme avait permis d’objectiver, dès 1949, que l'état hypnotique était différent du sommeil et de l'état de veille.

Les techniques d’imagerie moderne (Pet Scanner et IRM fonctionnelle) ont mis en évidence des modifications de l’activité cérébrale corticale de certaines régions lors de suggestions chez un sujet sous hypnose.

L’hypnose serait capable d’agir sur les 2 composantes de la douleur : le ressenti émotionnel mais également la sensation douloureuse elle-même. Certaines études (réalisées chez des sujets très hypnotisables) ont même montré la capacité de l’hypnose à activer les circuits neuronaux correspondants à une douleur physique suite à une suggestion hypnotique et ce même en l’absence de stimuli douloureux.

 

Selon la Haute Autorité de Santé, l’utilisation de l’hypnose est indiquée pour la prise en charge de la douleur chez l’enfant de 1 mois à 15 ans. Par ailleurs, pour le syndrome fibromyalgique de l’adulte, elle indique que l’intérêt de l’hypnose a été insuffisamment démontré, mais que les recommandations américaines et anglaises la proposent en deuxième niveau de prise en charge. Pour le sevrage tabagique, elle indique dans son avis que l’hypnose ne fait pas partie des stratégies d’aide recommandées.


Quel prix ?

L’assurance maladie ne prend pas en charge les séances d’hypnose. Si l’hypnothérapie est pratiquée par un médecin conventionné dans le cadre de sa consultation, elle reste prise en charge par l’assurance maladie en fonction des règles de remboursement habituelles. 

Par ailleurs, certaines complémentaires santé proposent des remboursements partiels ou forfaitaires de séances d’hypnose.

 

Chez Mentall.co, notre comité scientifique a sélectionné pour vous les meilleurs psychologues formé.e.s à l’hypnose, expert.e.s dans le traitement de différents troubles via cette approche thérapeutique.

Utilisez dès maintenant notre outil de recherche intelligent qui vous permettra de découvrir le thérapeute qui vous correspond le mieux selon vos critères.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :