Sophrologie.

"Sophrologie" provient du grec : sos (harmonie), phren (conscience) et logos (étude). 

La sophrologie a évolué depuis sa création en 1960, il n’existe plus une mais des sophrologies, dont les deux courants principaux sont :

  • Celui considérant que la sophrologie ne se situe pas dans le champ de la thérapie mais dans celui de l’accompagnement, en tant que pédagogie de l’existence (Sophrologie Caycédienne appelée Méthode Caycedo)

  • Une sophrologie qui se considère comme thérapie

 

Il n'y a pas à ce jour de définition contemporaine consensuelle de cette discipline


 

Quel est le statut de la sophrologie ?

En France, bien qu’elle soit une pratique de plus en plus populaire avec une offre d’accompagnement en ville, en entreprise ou même au sein d’établissements hospitaliers, il n’y a pas de cadre légal réglementant la pratique de la sophrologie ni de de diplôme d'Etat sanctionnant une formation en sophrologie. Il n'existe pas de titre professionnel de sophrologue, l'utilisation de ce terme n'est donc soumise à aucune condition

Néanmoins, certaines formations à la sophrologie ont obtenu leur certification au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

Dans un objectif d’harmonisation de la formation, le Syndicat des Sophrologues Professionnels, la Société Française de Sophrologie et Coordination des Ecoles Professionnelles en Sophrologie ont organisé les états généraux de la formation en sophrologie avec pour objectif une réflexion sur les courants, la formation des futurs sophrologues et la formation des formateurs eux-mêmes à la sophrologie avec des préconisations à la clé.


Les 4 principes fondamentaux de la sophrologie :

 

  1. Le principe « d’action positive » : toute action positive dirigée vers la conscience se répercute positivement sur la totalité de l’être humain. Le sophrologue se porte sur les éléments considérés comme positifs par le participant (Il peut s’agir de mots, d’images, de sensations, de sentiments pour des objets chers ou des êtres chers)

  2. Le principe du « schéma corporel comme réalité vécue » : l’intégration du schéma corporel dans la conscience.

  3. Le principe de « la réalité objective » : elle s’attache à la personnalité du sophrologue, qui doit comprendre et percevoir son propre état de conscience pour en tenir compte face à celui de son patient, ce qui l’autorise à établir l’alliance. Il déléguera à des spécialistes les problèmes qui ne relèvent pas de son savoir.

  4. Le principe « d’adaptabilité » : toutes les techniques et théories doivent s’adapter à la réalité des patients et non l’inverse. Le sophrologue devra réaliser les protocoles spécifiques et les adapter aux différents cas et aux différentes circonstances.


Et en pratique ?

Les grandes lignes de la séance de sophrologie varient peu qu’il s’agisse de sophrologie Caycédienne ou généraliste. 

Elles sont proposées le plus souvent à un rythme hebdomadaire, le nombre de séance est variable, leur durée peut varier de 20 à 60 minutes individuellement et d’une heure à une heure trente en groupe. Le patient est en posture assise ou debout ou même couché, dans un lieu tempéré et calme.

Le travail proposé par la sophrologie permet au sujet d'atteindre un état modifié de conscience propice à la stimulation de ses capacités et ressources mentales : pour apprendre à se détendre par la respiration et la visualisation, trouver le moyen de focaliser son attention pour améliorer sa concentration, apprendre à gérer son stress et ses émotions. 

Les séances de sophrologie « visent à l’apprentissage d’une méthode utilisable de manière autonome.


La sophrologie est efficace sur quelles pathologies ?

Le mécanisme d’action de la sophrologie est certes décrit avec précision dans de nombreux textes, la théorie sous-jacente n’en est pas moins toujours spéculative. Quelques études se sont penchées sur la question de l’efficacité de la sophrologie sans que l’on puisse affirmer ou infirmer une réelle efficacité.

A noter cependant que dans les toutes dernières années un grand nombre d’initiatives isolées ont vu le jour et ont réussi à obtenir des financements pour mieux comprendre et apprécier l’effet de la sophrologie. Il est ainsi possible que dans quelques années l’intérêt de la sophrologie, thérapeutique qui semble susciter un certain engouement, pourra être apprécié sur des bases plus rationnelles.

 

Les champs d’actions sont assez vastes, depuis la gestion du stress, de l'anxiété et des émotions, la concentration, la gestion de la douleur, le sevrage de certaines addictions, l'accompagnement périnatal, ou l'entraînement sportif.

D’après Patrick-André Chéné de l’Académie de sophrologie de Paris, les seules contre-indications à la sophrologie sont les limites du sophrologue, l’absence d’un diagnostic exact et les psychoses. Dans le cas de maladies mentales, le sophrologue doit agir sous la supervision d’un psychiatre ou d’un psychologue.

 

Chez Mentall.co, notre comité scientifique a sélectionné pour vous les meilleurs psychologues formé.e.s à la sophrologie, expert.e.s dans le traitement de différents troubles via cette approche thérapeutique.

Utilisez dès maintenant notre outil de recherche intelligent qui vous permettra de découvrir le thérapeute qui vous correspond le mieux selon vos critères.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Sources :