Thérapie cognitivo comportementale.

Validée scientifiquement, la Thérapie Cognitivo-Comportementale (TCC) permet d'agir sur le lien entre pensées, émotions et comportements. Courte et efficace, elle se concentre sur les problèmes actuels pour permettre aux patients de les dépasser, et s'adresse aux enfants, adolescents et adultes.

 

Les Thérapies Comportementales et Cognitives sont destinées aux personnes ayant des comportements inadaptés ou symptômes qui les invalident au quotidien. En travaillant sur ces comportements, elles permettent au patient d'identifier les mécanismes à la source des problèmes et de localiser les patrons de pensées négatives invalidantes. Elles l'aident alors à réadapter ses comportements afin de briser le cercle vicieux de la souffrance psychique, tout lui permettant d'acquérir des compétences pour faire face à de nouvelles difficultés.

Ce sont des thérapies actives, dans lesquelles le patient est acteur de son bien-être.


 

Quels sont les champs d’action ?

Comme les TCC s'intéressent aux troubles engendrant des souffrances, et particulièrement aux pensées erronées que l'on a sur soi-même, elles permettent de traiter de nombreux troubles. 

Leur efficacité a été prouvée scientifiquement dans le traitement des troubles anxieux, de la dépression, des troubles du sommeil, des troubles du comportement alimentaire, des douleurs chroniques.

 

Comment ca marche ?

Afin d'aider le patient à se défaire des comportements inadaptés et de l'aider à retrouver la sérénité, les TCC utilisent de nombreuses techniques :

 

  • L'exposition, ou désensibilisation, qui permet de prendre en charge les phobies. Il s'agit d'exposer le patient de façon progressive, répétée et contrôlée, à l'objet de la phobie. L'exposition peut être imaginaire ou réelle.

  • La restructuration cognitive permet de repérer les pensées inadaptées et de les éliminer petit à petit.

  • La modification des schémas précoces inadaptés.

  • Le jeu de rôle, qui permet de placer le patient dans une situation fictive et d'observer son comportement comme si elle était réelle.

  • La modification des auto-verbalisations.

  • L'entraînement à la résolution de problèmes, permettant d'abord d'identifier le problème puis de lui trouver une solution

  • L'entraînement aux compétences sociales, en vue d'améliorer ces dernières.

  • L'acquisition de techniques d'auto-contrôle.

  • La mise en place de techniques de relaxation et de respiration.

Les TCC se penchent sur les difficultés que vit le patient ici et maintenant, elles n'ont pas nécessairement besoin de remonter à la source des troubles ni que le patient ait une grande connaissance de son psychisme pour fonctionner. De plus, ce sont des thérapies courtes : deux séances par mois sur trois à six mois permettent aux patients de venir à bout du trouble qui cause de l'anxiété, et ainsi de retrouver une vie plus calme et aisée.

Étant donné qu'elles ciblent d'abord le comportement inadéquat, le patient peut observer très rapidement des améliorations. Cependant, si le patient n'a pas pu surmonter son trouble après un certain nombre de séances, le psychologue pourra lui suggérer un suivi plus long.

 

Quelles sont les différences entre thérapie comportementale et thérapie cognitive ?

La thérapie comportementale prévoit des interventions et améliorations du comportement, alors que la thérapie cognitive intervient sur les schémas de pensées, les croyances et les constructions. Si ce clivage était très présent à la naissance des TCC, il tend à disparaître dans la pratique thérapeutique, tant elles sont complémentaires.

Les psychothérapeutes formés aux TCC utilisent en général ces deux approches en complémentarité afin d'améliorer l'efficacité du suivi, mais sauront axer leurs démarches plutôt vers l'une ou l'autre selon les demandes et besoins du patient.


Combien coûte une séance de TCC et combien de temps dure cette thérapie ?

Les TCC sont des thérapies brèves, et le suivi dure généralement de quelques semaines à quelques mois. La séance dure entre 30mn et 1h en individuel, et entre 1h à 2h30 en groupe. Le tarif dépend du professionnel choisi et de son cadre d'exercice.

Chez Mentall.co, notre comité scientifique a sélectionné pour vous les meilleurs psychologues formé.e.s aux TCC, expert.e.s dans le traitement de différents troubles via cette approche thérapeutique.

Utilisez dès maintenant notre outil de recherche intelligent qui vous permettra de découvrir le thérapeute qui vous correspond le mieux selon vos critères.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Sources :

 

  • Thoma, N., Pilecki, B., & McKay, D. (2015). Contemporary Cognitive Behavior Therapy: A Review of Theory, History, and Evidence. Psychodynamic psychiatry, 43(3), 423–461. https://doi.org/10.1521/pdps.2015.43.3.423

  • Kaczkurkin, A. N., & Foa, E. B. (2015). Cognitive-behavioral therapy for anxiety disorders: an update on the empirical evidence. Dialogues in clinical neuroscience, 17(3), 337–346. https://doi.org/10.31887/DCNS.2015.17.3/akaczkurkin

  • Cuijpers, P., Berking, M., Andersson, G., Quigley, L., Kleiboer, A., & Dobson, K. S. (2013). A meta-analysis of cognitive-behavioural therapy for adult depression, alone and in comparison with other treatments. Canadian journal of psychiatry. Revue canadienne de psychiatrie, 58(7), 376–385. https://doi.org/10.1177/070674371305800702

  • Haynes, J., Talbert, M., Fox, S., & Close, E. (2018). Cognitive Behavioral Therapy in the Treatment of Insomnia. Southern medical journal, 111(2), 75–80. https://doi.org/10.14423/SMJ.0000000000000769

  • Murphy, R., Straebler, S., Cooper, Z., & Fairburn, C. G. (2010). Cognitive behavioral therapy for eating disorders. The Psychiatric clinics of North America, 33(3), 611–627. https://doi.org/10.1016/j.psc.2010.04.004

  • Ehde, D. M., Dillworth, T. M., & Turner, J. A. (2014). Cognitive-behavioral therapy for individuals with chronic pain: efficacy, innovations, and directions for research. The American psychologist, 69(2), 153–166. https://doi.org/10.1037/a0035747